non mais des fois

05 mars 2015

RECOLTE DE GRAINES DE TOMATES ETC

De la graine 04/03/2015 à 17h28

Tomates sans eau ni pesticide : cette méthode fascine les biologistes

Thibaut Schepman | Journaliste Rue89

Les méthodes de Pascal Poot, loin de l’agriculture moderne, sont aussi hyperproductives que naturelles et peu coûteuses. Des scientifiques pensent y trouver des réponses au changement climatique.

Ici, le terrain est si caillouteux et le climat si aride que les chênes vieux de 50 ans sont plus petits que les hommes.

Pourtant, à l’entrée de la ferme de Pascal Poot, sur les hauteurs de Lodève (Hérault), trône une vieille pancarte en carton : « Conservatoire de la tomate ».

 


Les tomates poussent, sans eau et sans tuteur, dans la ferme de Pascal Poot en 2014 (DR)

Pourtant, chaque été, les tomates Poire jaune et autres Noires de Crimée poussent ici dans une abondance folle.

Sans arrosage malgré la sécheresse, sans tuteur, sans entretien et bien sûr sans pesticide ni engrais, ses milliers de plants produisent jusqu’à 25 kilos de tomates chacun.

Son secret ? Il tient dans les graines, que Pascal Poot sème devant moi, avec des gestes qui mêlent patience et nonchalance.

 

image

C’est le début de la fin de l’hiver dans la région, le temps est venu pour lui de confier ses graines à la terre. Ce sont ses premiers semis de l’année.

L’homme a 52 ans mais semble sans âge. Ce fils d’agriculteurs, qui a quitté l’école à 7 ans, se dit « complétement autodidacte ». Il a élevé des brebis et cultivé des châtaignes avant de se spécialiser dans les semences. Il dissémine aujourd’hui ses graines sur du terreau, dans des jardinières fatiguées.

Puis il place ses jardinières sur un énorme tas de fumier en décomposition, dont la température atteindra bientôt 70 degrés pendant plusieurs jours, chauffant la serre et permettant la germination des graines.


Pascal Poot et sa couche chaude dans sa serre, à Lodève le 26 février 2015 (Thibaut Schepman/Rue89)

La technique, appelée couche chaude, est très ancienne. C’est elle qui permettait aux maraîchers parisiens du XIXe siècle de récolter des melons en pleine ville dès la fin du printemps. C’est elle qui permet à Pascal Poot de faire germer chaque année des milliers de plants de tomates, aubergines, poivrons... Avant de les planter sur son terrain et de ne plus s’en occuper jusqu’à la récolte.

 


La serre de Pascal Poot, à la fin des semis, en 2014 (DR)

Tout en semant ces graines, Pascal me révèle les détails de sa méthode :

« La plupart des plantes qu’on appelle aujourd’hui “mauvaises herbes” étaient des plantes que l’on mangeait au Moyen-Age, comme l’amarante ou le chiendent... Je me suis toujours dit que si elles sont si résistantes aujourd’hui c’est justement parce que personne ne s’en est occupé depuis des générations et des générations.

Tout le monde essaye de cultiver les légumes en les protégeant le plus possible, moi au contraire j’essaye de les encourager à se défendre eux-mêmes. J’ai commencé à planter des tomates sur ce terrain plein de cailloux il y a une vingtaine d’années, à l’époque il n’y avait pas une goutte d’eau.

Tout le monde pense que si on fait ça toutes les plantes meurent mais ce n’est pas vrai. En fait, presque tous les plants survivent. Par contre on obtient de toutes petites tomates, ridicules. Il faut récolter les graines du fruit et les semer l’année suivante. Là on commence à voir de vraies tomates, on peut en avoir 1 ou 2 kilos par plant.

Et si on attend encore un an ou deux, alors là c’est formidable. Au début on m’a pris pour un fou mais au bout d’un moment, les voisins ont vu que j’avais plus de tomates qu’eux, et jamais de mildiou, en plus, alors les gens ont commencé à parler et des chercheurs sont venus me voir. »


Pascal Poot dans sa serre, à Lodève le 26 février 2015 (Thibaut Schepman/Rue89)

Parmi ces chercheurs, on compte Bob Brac de la Perrière, biologiste et généticien des plantes et coordinateur de l’association environnementale Bede :

« A la fin des années 90, au moment du combat contre les OGM, on s’est dit qu’il fallait aussi travailler sur les alternatives, et on a commencé à faire l’inventaire des agriculteurs qui faisaient leurs propres semences. On a dû en trouver entre 100 et 150 en France.

Mais le cas de Pascal Poot était unique. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il a une grande indépendance d’esprit, il suit ses propres règles et à ma connaissance personne ne fait comme lui. Il sélectionne ses semences dans un contexte de difficulté et de stress pour la plante, ce qui les rend extrêmement tolérantes, améliore leur qualité gustative et fait qu’elles sont plus concentrées en nutriment.

En plus de ça il cultive plusieurs centaines de variétés différentes, peu d’agriculteurs ont une connaissance aussi vaste de l’espèce qu’ils cultivent. »

 


Pascal Poot choisit une étiquette, à Lodève le 26 février 2015 (Thibaut Schepman/Rue89)

Les chercheurs commencent seulement à comprendre les mécanismes biologiques qui expliquent le succès de la méthode de Pascal Poot, assure Véronique Chable, spécialiste du sujet à l’INRA-Sad de Rennes et qui a mené des recherche sur les sélections de Pascal Poot depuis 2004 :

« Son principe de base, c’est de mettre la plante dans les conditions dans lesquelles on a envie qu’elle pousse. On l’a oublié, mais ça a longtemps fait partie du bon sens paysan.

Aujourd’hui, on appelle cela l’hérédité des caractères acquis, en clair il y a une transmission du stress et des caractères positifs des plantes sur plusieurs générations.

Il faut comprendre que l’ADN est un support d’information très plastique, il n’y a pas que la mutation génétique qui entraîne les changements, il y a aussi l’adaptation, avec par exemple des gènes qui sont éteints mais qui peuvent se réveiller.

La plante fait ses graines après avoir vécu son cycle, donc elle conserve certains aspects acquis. Pascal Poot exploite ça extrêmement bien, ses plantes ne sont pas très différentes des autres au niveau génétique mais elles ont une capacité d’adaptation impressionnante ».


Pascal Poot dans sa serre, à Lodève le 26 février 2015 (Thibaut Schepman/Rue89)

Cette capacité d’adaptation a une valeur commerciale. Pendant ma visite, plusieurs personnes ont appelé Pascal pour commander des semences. L’agriculteur vend ses graines à plusieurs semenciers bio, dont Germinance.

Kevin Sperandio, artisan semencier chez Germinance, nous explique :


Des aubergines blanches poussent dans la ferme de Pascal Poot (DR)

« Le fait que les semences de Pascal Poot soient adaptées à un terroir difficile fait qu’elles ont une capacité d’adaptation énorme, pour toutes les régions et les climats.

Nous n’avons pas les moyens de faire ce genre de tests mais je suis sûr que si on faisait un test entre une variété hybride, celle de Pascal Poot et une semence bio classique ce serait celles du conservatoire de la tomate qui obtiendraient les meilleurs résultats. »

Une partie de ces graines sont vendues dans l’illégalité, parce qu’elles ne sont pas inscrites au catalogue officiel des espèces et variétés végétales du GNIS (Groupement national interprofessionnel des semences et plants). Cela énerve beaucoup Pascal Poot, jusque là très calme :

« L’une de mes meilleures variétés, c’est la Gregori Altaï. Mais elle n’est pas inscrite au catalogue, peut-être parce qu’elle n’est pas assez régulière pour eux. Beaucoup de variétés sont comme ça. A l’automne dernier, le semencier Graines del Païs a eu un contrôle de la répression des fraudes qui a établi près de 90 infractions dans leur catalogue.

Le principe c’est qu’on ne nous autorise à vendre que les graines qui donnent des fruits qui sont tous pareils et qui donnent les mêmes résultats à chaque endroit. Pour moi, c’est le contraire du vivant, qui repose sur l’adaptation permanente. Cela revient à produire des clones mais on veut en plus que ces clones soient des zombies. »


La caisse d’étiquettes de Pascal Poot, le 26 février 2015 (Thibaut Schepman/Rue89)

Interrogé au sujet de ces contrôles, un délégué du GNIS expliquait en mars 2014 :

« Notre objectif est d’apporter une protection à l’utilisateur et au consommateur. Le secteur français des semences est très performant, mais il a besoin d’une organisation qui a fait ses preuves et d’un système de certification. »


Les tomates de Pascal Poot, en 2014 (DR)

Sauf que l’uniformisation des fruits et des semences se fait souvent au détriment du goût et des qualités nutritives. Et pourrait, à l’avenir, nuire aux agriculteurs, estime Véronique Chable :

« Le travail de sélection des semences montre qu’on peut pousser le végétal vers des conditions impressionnantes. Mais l’agriculture moderne a perdu ça de vue, elle ne repose pas du tout sur la capacité d’adaptation.

Or dans un contexte de changement rapide du climat et de l’environnement c’est quelque chose dont le monde agricole va avoir besoin. Il va falloir préserver non seulement les semences mais aussi les savoir-faire des agriculteurs, les deux vont ensemble. »

Pour partager ce savoir-faire, j’ai demandé à Pascal de m’expliquer comment il sélectionne et récolte ses semences. Voici ses conseils :


Les graines de Pascal Poot, à Lodève le 26 février 2015 (Thibaut Schepman/Rue89)

  • « Il faut prendre le fruit le plus tard possible, si possible juste avant les premières gelées comme ça il aura vécu non seulement à la sécheresse de l’été mais aussi aux pluies de l’automne. »
  • « Les tomates, c’est tout à fait spécial. Quand on ouvre une tomate, les graines sont dans une sorte de gélatine, comme un blanc d’œuf. Cette gélatine empêche les graines de germer à l’intérieur du fruit, qui est chaud et humide. Les graines ne germent pas avant que cette gélatine ait pourri et fermenté. »
  • « Il faut donc faire fermenter les graines. Pour ça il faut ouvrir la tomate, extraire les graines et les laisser plusieurs heures dans leur jus, par exemple dans un saladier. Il va se produire une fermentation lactique. »
  • « Il faut surveiller la fermentation comme le lait sur le feu, ça peut durer entre 6 et 24 heures mais contrairement à ce qu’on dit, il ne faut pas attendre qu’une pellicule de moisissure apparaisse. On prend une graine on la pose sur la main, si on peut la déplacer avec l’index sans que la gélatine ne vienne avec la graine, c’est que c’est bon. »
  • « Ensuite on passe le tout dans une passoire à thé, on lave à l’eau et on met à sécher. Là on arrive à un taux de germination entre 98% et 100%. »
  • « Le poivron c’est différent, il faut juste laver les graines, les faire sécher sur un tamis très fin et les stocker. Pour le piment c’est la même chose mais ça devient dangereux parce que les graines brûlent, c’est très fort, ça passe même à travers les gants. Une fois j’ai récolté les graines d’un cageot de piments d’Espelette sans gant, j’ai dû passer la nuit avec les mains dans l’eau glacée ! »

 


Pascal Poot dans sa serre, à Lodève le 26 février 2015 (Thibaut Schepman/Rue89)

  • 64514 visites
  • 79 réactions
Sur le web : Le Volcan de Feu entre en éruption au Guatemala

À vous !

Vous devez être connecté pour commenter : login or Inscription
  • frrfrr
    frrfrr
    sous

    super article, merci

  • Tom.Joad
    Tom.Joad
    Qu'en pense Golman Sachs ?

    des variétés potagères anciennes et parfaitement fixées, non inscrites au catalogue officiel, donc non commercialisables.

    des variétés F1 parfaitement commercialisées car inscrites, mais qui dégénèrent dès f2.

    le cercle vicieux du technocrate/actionnaire/breveteur qui nous mord jusqu’a la queue

    EDIT
    a mon humble avis, il n’y a pas que cela non plus. Sûr qu’il a du commencer avec un terrain « frugal », mais vu sa démarche cela m’étonnerait qu’après vingt ans de travail le terrain ne soit que le même champ de cailloux qu’aux débuts

    Son approche couplée à celle de Jean Pain, devrait donner des « miracles » ( miracles au sens FNSEA bien sûr )

  • Elzévir.
    Elzévir.
    Jardinier urbain

    Merci pour cet article captivant.
    L’an dernier j’ai prélevé des graines de tomates cornues bio, j’ai enlevé le plus gros de la pulpe et juste fait sécher à plat. En février je les ai semées. 100% de réussite. Sa technique est intéressante, mais un peu plus longue. J’imagine que c’est plus facile de faire comme lui quand on a une grosse quantité de graines.

  • Le meilleur article de la semaine pour le moment.

    Sinon, les resultats de l’etude sont consultables ici

    En plus on y trouve d’autres conseils pour faire ses propres semences.

  • Eskarina
    Eskarina répond à Elzévir.
    Faut voir

    100% de réussite, donc rien à ajouter. On peut néanmoins trouver avantage à faire moisir les graines quelques jours dans l’eau avant de les laisser sécher, cela facilite la germination.
    Autre technique de semis : prendre des tomates bien mûres, les mettre dans un seau en plastique fermé, contenant du terreau humide. Les oublier pendant quelques mois... ça germe tout seul ! La difficulté, c’est d’avoir les contenants et les couvercles kivonbien.
    J’aimerais bien essayer la méthode de Pascal Poot, mais je n’ai pas de fumier pour faire des couches chaudes (je sais où en trouver, mais je ne peux pas le faire livrer, donc c’est embêtant).

  • Enki
    Enki répond à pemmore
    alchimiste

    Hep M’sieur ! Hep M’sieur !

    « En Vendée à 200 m de la mer », il y a un truc terrible que vous pouvez faire et pas moi.

    Connaissez-vous, parmi les légumes anciens/oubliés/en voie de disparition, le Crambe maritime ?

Verbes thématiques
Topic Planète

L'écologie nous passionne autant qu'elle nous questionne. On a besoin de la faire entrer dans nos vies, de la mettre à notre niveau, pour mieux s'y retrouver dans le maelström médiatique. Le topic Planète de Rue89 est un espace de participation...

Topic piloté par Thibaut Schepman
Newsletter

Newsletter

Chaque jour
à 14 heures,
le meilleur de
Rue89 par e-mail.

Posté par manee à 12:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 février 2015

ahahah !!!

ahahah !

" Un homme, dans la nacelle d’une montgolfière, ne sait plus où il se trouve. Il descend et aperçoit une femme au sol. Il descend encore plus bas et l’interpelle :

« Excusez-moi ! Pouvez-vous m’aider ? J’avais promis à un ami de le rencontrer et j’ai déjà une heure de retard car je ne sais plus où je me trouve. »

La femme au sol répond : « Vous êtes dans la nacelle d’un ballon à air chaud à environ 10 m du sol. Vous vous trouvez exactement à 49°, 28’ et 11’’ Nord et 8°, 25’ et 58’’ Est ».

« Vous devez être ingénieur » dit l’aérostier.

« Je le suis », répond la femme, « comment avez-vous deviné ? »

« Eh bien », dit l’aérostier, « tout ce que vous m’avez dit à l’air techniquement parfaitement correct, mais je n’ai pas la moindre idée de ce que je peux faire de vos informations et en fait je ne sais toujours pas où je me trouve. Pour parler ouvertement, vous ne m’avez été d’aucune aide. Pire, vous avez encore retardé mon voyage. »

La femme lui répond : « Vous devez être un "top manager". »

« Oui, » répond l’homme avec fierté, « mais comment avez-vous deviné ? »

« Eh bien », dit la femme, « vous ne savez ni où vous êtes, ni où vous allez. Vous avez atteint votre position actuelle en chauffant et en brassant une énorme quantité d’air. Vous avez fait une promesse sans avoir la moindre idée de comment vous pourriez la tenir et vous comptez maintenant sur les gens situés en dessous de vous pour qu’ils résolvent votre problème. Votre situation avant et après notre rencontre n’a pas changé, mais comme par hasard, c’est moi maintenant qui à vos yeux en suis responsable ! »

J’aime ·

Posté par manee à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2015

les épidémies de grippes viennent des élevages industriels

Les grandes épidémies de grippe viennent des élevages industriels

Les grandes épidémies de grippe viennent des élevages industriels

Les usines à cochons de la planète sont les creusets de nouveaux virus de la grippe particulièrement dangereux.

Ce texte est extrait de mon livre « Prévenir et guérir la grippe »

Le 27 avril 2009, Edgar Hernández, un petit garçon de 5 ans de l’Etat de Veracruz au Mexique, est devenu la première victime officielle de la grippe dite « porcine ».

Les analyses ont confirmé que le petit Edgar était porteur d’anticorps contre le nouveau virus H1N1. Il a survécu. Mais le cas d’Edgar a attiré l’attention des chercheurs et des médias sur la ville de La Gloria, dont il est originaire et sur sa région. La Gloria, 3 000 habitants et sa région sont en effet considérées comme l’épicentre de l’épidémie de grippe porcine de 2009.

C’est aussi dans la région de La Gloria − les vallées de Perote et Guadalupe Victoria − qu’est implantée l’une des usines Granjas Carroll du Mexique (GCM) dont sont sortis en 2008 près d’un million de porcs.

GCM appartient pour moitié au plus gros producteur de cochons du monde, l’Américain Smithfield Foods (Virginie), propriétaire en France des marques Aoste, Justin Bridou et Cochonou. Smithfield a été racheté en 2013 par le groupe chinois Shuanghui.

Chaque jour, plus de 2 300 cochons sont abattus dans l’énorme usine à viande de GCM. On les retrouve sous forme de bacon dans les hamburgers servis par les McDo américains, dont GCM est un fournisseur majeur.

Au cours des dernières années, les producteurs de viande des États-Unis ont établi d’énormes unités d’élevage et d’abattage au Mexique, profitant des accords de libre-échange entre les deux pays, de la main d’œuvre bon marché et de la réglementation environnementale plus laxiste qu’au nord du Rio Grande. 

Ces usines sont appelées, dans le jargon de la profession des CAFO (confined animal feeding operations). Dans ces longues constructions blanches que l’on découvre d’avion, des milliers de cochons sont parqués et engraissés pour l’abattage tandis que les truies sont confinées dans des boxes de métal, où elles passent le plus clair de leur existence à porter et mettre bas des porcelets.

La Gloria n’est pas vraiment votre idée du Mexique enchanteur. C’est un gros bourg poussiéreux entouré de « lagons de merde » selon le mot de journalistes britanniques.

En mars 2009, quelques semaines avant l’éruption de grippe porcine, les habitants de La Gloria se plaignaient des effluves qui s’échappaient de l’usine GCM et de ses « lagons d’excréments de cochons ». En mai 2009, ils ont manifesté en brandissant des panneaux sur lesquels des cochons étaient barrés d’une croix. On pouvait lire : peligro (danger). Une enquête des journalistes du quotidien mexicain La Marcha a mis en lumière les pratiques douteuses de GCM dans le traitement des eaux usées et des déchets. La compagnie mère américaine avait de son côté écopé en 1997 d’une amende de 12,3 millions de dollars pour violation de la réglementation sur les eaux usées.

Mais aussi bien les autorités mexicaines que les producteurs de porc font tout pour éviter que des journalistes et des scientifiques s’intéressent de trop près aux activités des usines à cochons.

Car depuis des années, des chercheurs du monde entier craignent que les usines à cochons de la planète soient les creusets de nouveaux virus de la grippe particulièrement dangereux, et qu’ils se répandent ensuite dans la population.

Les virus du néolithique

Les grandes pandémies sont apparues avec l’émergence de l’agriculture, il y a environ 10 000 ans. La biologie moléculaire et les travaux de l’Américain Jared Diamond ont montré qu’elles ont toutes une origine animale et qu’elles ont été transférées à l’homme aux premiers temps de la domestication et de l’élevage, en raison de la proximité entre fermiers et animaux. C’est vrai pour la grippe, la variole, la malaria, la tuberculose, le typhus, la diphtérie, la rougeole, la fièvre jaune, la peste et le choléra... La variole (comme la tuberculose) a été transmise à l’homme par les moutons, les chèvres et le bétail. Ces maladies étaient inconnues de l’humanité avant l’ère agricole du néolithique, soit pendant les sept millions d’années au cours desquelles nos ancêtres n’ont pratiqué que la cueillette, le charognage, puis la chasse et la pêche.

Tout change il y a dix à 12 000 ans au néolithique, avec la sédentarité et la généralisation de l’élevage. Hommes et animaux vivent souvent dans les mêmes lieux, une proximité qui va faire le lit des nouvelles épidémies et contribuer à la santé précaire qui caractérise cette époque.

Le virus de la grippe va s’accommoder parfaitement des bouleversements qui touchent la gestion des ressources alimentaires à partir du néolithique. Ses gènes en effet se présentent sous la forme d’un chapelet de 8 segments d’ARN (« mini-chromosomes ») assez mal arrimés les uns aux autres, ce qui fait qu’ils peuvent facilement se détacher et se recombiner avec les segments génétiques d’autres virus qui se trouvent à proximité. L’insertion de nouveaux segments provenant de virus différents, en particulier d’origine animale, s’appelle une cassure antigénique. Ce sont ces virus nés de cassures qui provoquent les pandémies.

Les chercheurs ont longtemps cru que les pandémies de grippe, comme les épidémies de grippe saisonnière, trouvaient leur origine dans l’évolution naturelle du virus. Cette vision angélique a été mise en pièces dans les années 1990 par les données rassemblées par Robert Webster (Hôpital pour enfants St Jude de Memphis, Tennessee), Christoph Scholtissek (Institut de virologie de l’université Justus Liebig de Giessen, en Allemagne) et Stephen Morse (université Rockefeller de New York). En réalité, disent-ils, le principal responsable de l’émergence de nouveaux virus mortels de la grippe est aussi le principal responsable des grandes pandémies qui de la Mésopotamie à l’empire Aztèque ont anéanti des pans entiers de l’humanité : l’homme et ses pratiques d’élevage.

Dans l'intestin du cochon, un tube à essai

Les volailles, en particulier les canards et les oies sont les réservoirs majeurs des virus de la grippe. L’homme résiste généralement aux infections par ces virus aviaires, mais le porc est plus facilement infecté, tant par les virus aviaires que par les virus de la grippe qui touchent les mammifères. Le porc sert donc souvent de « tube à essai » dans lequel des virus de plusieurs origines peuvent échanger du matériel génétique et construire un nouveau virus mortel.

Les CAFO qui élèvent des porcs sont, au moins sur le papier, des structures closes. Il s’agit d’empêcher les animaux de tomber malades. Mais on aurait tort de croire qu’elles sont hermétiques. Des microbes peuvent y entrer et en sortir de multiples manières.

Certains CAFO, notamment dans des pays dont les réserves en eau sont mesurées, comme le Mexique, recyclent leurs eaux usées, en puisant dans leurs fameuses mares à excréments. L’eau est utilisée pour nettoyer les stalles. Le problème, c’est que des oiseaux se servent aussi de ces mares à ciel ouvert et peuvent y déposer des virus. Les CAFO qui prélèvent des eaux de surface, même propres, courent le même risque.

Et il n’y a pas que l’eau. En 2008, la commission américaine Pew sur les pratiques des fermes industrielles a publié un rapport qui se penche sur la question des substances relarguées dans l’air par ces usines de production de chair animale. Selon ce rapport, « des niveaux élevés de particules et de bioaérosols sont disséminés par les ventilateurs. Les particules sont composées de matières fécales, de produits alimentaires, de cellules épithéliales et de sous-produit de décomposition des matières fécales et alimentaires. » Le rapport ajoutait que « les bioaérosols, qui sont des particules aériennes d’origine biologique sont un constituant majeur des matières particulaires disséminées par les élevages industriels. Elles se composent de bactéries, moisissures, spores bactériens, virus, déchets cellulaires, pollens, aéroallergènes. »

Les employés des CAFO sont particulièrement bien placés non seulement pour être infectés par un nouveau virus, mais aussi pour le disséminer dans la population. Après que la grippe aviaire ait contaminé plusieurs usines à poulets néerlandaises en 2003, une étude a montré que 64 % de ceux qui avaient été au contact de personnes infectées par le virus aviaire H7N7 présentaient eux aussi des anticorps. De la même manière, les conjoints d’employés d’usines à cochons ont plus de chance de présenter des anticorps aux virus de la grippe porcine : 20 % des employés des élevages industriels de porcs présentent de tels anticorps.

Selon d’autres travaux de modélisation, lorsqu’il y a dans une communauté un grand nombre d’employés de CAFO, le risque de transmission d’une pandémie de grippe à la population environnante est grandement augmenté. Les employés d’une CAFO peuvent aussi introduire des virus humains de la grippe dans les unités d’élevage dans lesquelles ils travaillent : ces virus peuvent ensuite se mélanger aux virus d’origine animale. C’est ce qui s’est produit en 1998 dans un élevage de Caroline du Nord, mais aussi en 2009 au Canada et en Argentine avec le virus de la grippe A.

Les riverains des CAFO, comme à La Gloria se plaignent depuis des années de la qualité de l’air qu’ils respirent. Ils se plaignent aussi des bataillons de mouches qui infestent les waste lagoons et leurs habitations. Or les mouches peuvent transporter les virus de la grippe. Une étude de 1985 a trouvé qu’un tiers des mouches, lors d’une flambée de grippe aviaire en Pennsylvanie étaient porteuses de particules virales. Une autre étude japonaise de 1984 a récupéré des virus entiers sur des mouches à proximité d’un élevage de poulets infecté par le virus aviaire H5N1.

Peu à peu, sans que le public en soit averti, l’élevage animalier se voit contraint à des mesures de sécurité de plus en plus draconiennes, simplement pour continuer à assouvir notre insatiable appétit pour le jambon sous plastique et les nuggets de poulet de batterie. Cette escalade malsaine pourrait conduire les CAFO à adopter un cahier des charges aussi copieux que celui d’une centrale nucléaire sans pour autant qu’une sécurité totale y règne jamais.

Comme le résume Edwin Kilbourne, professeur de microbiologie à l’Ecole de médecine de Mount Sinai de New York : « Eliminez tous les élevages de porcs et de canards, et vous éliminerez les pandémies de grippe ».

Lisez la suite dans « Prévenir et guérir la grippe »

Les grandes épidémies de grippe viennent des élevages industriels

Les grandes épidémies de grippe viennent des élevages industriels

Les usines à cochons de la planète sont les creusets de nouveaux virus de la grippe particulièrement dangereux.

Ce texte est extrait de mon livre « Prévenir et guérir la grippe »

Le 27 avril 2009, Edgar Hernández, un petit garçon de 5 ans de l’Etat de Veracruz au Mexique, est devenu la première victime officielle de la grippe dite « porcine ».

Les analyses ont confirmé que le petit Edgar était porteur d’anticorps contre le nouveau virus H1N1. Il a survécu. Mais le cas d’Edgar a attiré l’attention des chercheurs et des médias sur la ville de La Gloria, dont il est originaire et sur sa région. La Gloria, 3 000 habitants et sa région sont en effet considérées comme l’épicentre de l’épidémie de grippe porcine de 2009.

C’est aussi dans la région de La Gloria − les vallées de Perote et Guadalupe Victoria − qu’est implantée l’une des usines Granjas Carroll du Mexique (GCM) dont sont sortis en 2008 près d’un million de porcs.

GCM appartient pour moitié au plus gros producteur de cochons du monde, l’Américain Smithfield Foods (Virginie), propriétaire en France des marques Aoste, Justin Bridou et Cochonou. Smithfield a été racheté en 2013 par le groupe chinois Shuanghui.

Chaque jour, plus de 2 300 cochons sont abattus dans l’énorme usine à viande de GCM. On les retrouve sous forme de bacon dans les hamburgers servis par les McDo américains, dont GCM est un fournisseur majeur.

Au cours des dernières années, les producteurs de viande des États-Unis ont établi d’énormes unités d’élevage et d’abattage au Mexique, profitant des accords de libre-échange entre les deux pays, de la main d’œuvre bon marché et de la réglementation environnementale plus laxiste qu’au nord du Rio Grande. 

Ces usines sont appelées, dans le jargon de la profession des CAFO (confined animal feeding operations). Dans ces longues constructions blanches que l’on découvre d’avion, des milliers de cochons sont parqués et engraissés pour l’abattage tandis que les truies sont confinées dans des boxes de métal, où elles passent le plus clair de leur existence à porter et mettre bas des porcelets.

La Gloria n’est pas vraiment votre idée du Mexique enchanteur. C’est un gros bourg poussiéreux entouré de « lagons de merde » selon le mot de journalistes britanniques.

En mars 2009, quelques semaines avant l’éruption de grippe porcine, les habitants de La Gloria se plaignaient des effluves qui s’échappaient de l’usine GCM et de ses « lagons d’excréments de cochons ». En mai 2009, ils ont manifesté en brandissant des panneaux sur lesquels des cochons étaient barrés d’une croix. On pouvait lire : peligro (danger). Une enquête des journalistes du quotidien mexicain La Marcha a mis en lumière les pratiques douteuses de GCM dans le traitement des eaux usées et des déchets. La compagnie mère américaine avait de son côté écopé en 1997 d’une amende de 12,3 millions de dollars pour violation de la réglementation sur les eaux usées.

Mais aussi bien les autorités mexicaines que les producteurs de porc font tout pour éviter que des journalistes et des scientifiques s’intéressent de trop près aux activités des usines à cochons.

Car depuis des années, des chercheurs du monde entier craignent que les usines à cochons de la planète soient les creusets de nouveaux virus de la grippe particulièrement dangereux, et qu’ils se répandent ensuite dans la population.

Les virus du néolithique

Les grandes pandémies sont apparues avec l’émergence de l’agriculture, il y a environ 10 000 ans. La biologie moléculaire et les travaux de l’Américain Jared Diamond ont montré qu’elles ont toutes une origine animale et qu’elles ont été transférées à l’homme aux premiers temps de la domestication et de l’élevage, en raison de la proximité entre fermiers et animaux. C’est vrai pour la grippe, la variole, la malaria, la tuberculose, le typhus, la diphtérie, la rougeole, la fièvre jaune, la peste et le choléra... La variole (comme la tuberculose) a été transmise à l’homme par les moutons, les chèvres et le bétail. Ces maladies étaient inconnues de l’humanité avant l’ère agricole du néolithique, soit pendant les sept millions d’années au cours desquelles nos ancêtres n’ont pratiqué que la cueillette, le charognage, puis la chasse et la pêche.

Tout change il y a dix à 12 000 ans au néolithique, avec la sédentarité et la généralisation de l’élevage. Hommes et animaux vivent souvent dans les mêmes lieux, une proximité qui va faire le lit des nouvelles épidémies et contribuer à la santé précaire qui caractérise cette époque.

Le virus de la grippe va s’accommoder parfaitement des bouleversements qui touchent la gestion des ressources alimentaires à partir du néolithique. Ses gènes en effet se présentent sous la forme d’un chapelet de 8 segments d’ARN (« mini-chromosomes ») assez mal arrimés les uns aux autres, ce qui fait qu’ils peuvent facilement se détacher et se recombiner avec les segments génétiques d’autres virus qui se trouvent à proximité. L’insertion de nouveaux segments provenant de virus différents, en particulier d’origine animale, s’appelle une cassure antigénique. Ce sont ces virus nés de cassures qui provoquent les pandémies.

Les chercheurs ont longtemps cru que les pandémies de grippe, comme les épidémies de grippe saisonnière, trouvaient leur origine dans l’évolution naturelle du virus. Cette vision angélique a été mise en pièces dans les années 1990 par les données rassemblées par Robert Webster (Hôpital pour enfants St Jude de Memphis, Tennessee), Christoph Scholtissek (Institut de virologie de l’université Justus Liebig de Giessen, en Allemagne) et Stephen Morse (université Rockefeller de New York). En réalité, disent-ils, le principal responsable de l’émergence de nouveaux virus mortels de la grippe est aussi le principal responsable des grandes pandémies qui de la Mésopotamie à l’empire Aztèque ont anéanti des pans entiers de l’humanité : l’homme et ses pratiques d’élevage.

Dans l'intestin du cochon, un tube à essai

Les volailles, en particulier les canards et les oies sont les réservoirs majeurs des virus de la grippe. L’homme résiste généralement aux infections par ces virus aviaires, mais le porc est plus facilement infecté, tant par les virus aviaires que par les virus de la grippe qui touchent les mammifères. Le porc sert donc souvent de « tube à essai » dans lequel des virus de plusieurs origines peuvent échanger du matériel génétique et construire un nouveau virus mortel.

Les CAFO qui élèvent des porcs sont, au moins sur le papier, des structures closes. Il s’agit d’empêcher les animaux de tomber malades. Mais on aurait tort de croire qu’elles sont hermétiques. Des microbes peuvent y entrer et en sortir de multiples manières.

Certains CAFO, notamment dans des pays dont les réserves en eau sont mesurées, comme le Mexique, recyclent leurs eaux usées, en puisant dans leurs fameuses mares à excréments. L’eau est utilisée pour nettoyer les stalles. Le problème, c’est que des oiseaux se servent aussi de ces mares à ciel ouvert et peuvent y déposer des virus. Les CAFO qui prélèvent des eaux de surface, même propres, courent le même risque.

Et il n’y a pas que l’eau. En 2008, la commission américaine Pew sur les pratiques des fermes industrielles a publié un rapport qui se penche sur la question des substances relarguées dans l’air par ces usines de production de chair animale. Selon ce rapport, « des niveaux élevés de particules et de bioaérosols sont disséminés par les ventilateurs. Les particules sont composées de matières fécales, de produits alimentaires, de cellules épithéliales et de sous-produit de décomposition des matières fécales et alimentaires. » Le rapport ajoutait que « les bioaérosols, qui sont des particules aériennes d’origine biologique sont un constituant majeur des matières particulaires disséminées par les élevages industriels. Elles se composent de bactéries, moisissures, spores bactériens, virus, déchets cellulaires, pollens, aéroallergènes. »

Les employés des CAFO sont particulièrement bien placés non seulement pour être infectés par un nouveau virus, mais aussi pour le disséminer dans la population. Après que la grippe aviaire ait contaminé plusieurs usines à poulets néerlandaises en 2003, une étude a montré que 64 % de ceux qui avaient été au contact de personnes infectées par le virus aviaire H7N7 présentaient eux aussi des anticorps. De la même manière, les conjoints d’employés d’usines à cochons ont plus de chance de présenter des anticorps aux virus de la grippe porcine : 20 % des employés des élevages industriels de porcs présentent de tels anticorps.

Selon d’autres travaux de modélisation, lorsqu’il y a dans une communauté un grand nombre d’employés de CAFO, le risque de transmission d’une pandémie de grippe à la population environnante est grandement augmenté. Les employés d’une CAFO peuvent aussi introduire des virus humains de la grippe dans les unités d’élevage dans lesquelles ils travaillent : ces virus peuvent ensuite se mélanger aux virus d’origine animale. C’est ce qui s’est produit en 1998 dans un élevage de Caroline du Nord, mais aussi en 2009 au Canada et en Argentine avec le virus de la grippe A.

Les riverains des CAFO, comme à La Gloria se plaignent depuis des années de la qualité de l’air qu’ils respirent. Ils se plaignent aussi des bataillons de mouches qui infestent les waste lagoons et leurs habitations. Or les mouches peuvent transporter les virus de la grippe. Une étude de 1985 a trouvé qu’un tiers des mouches, lors d’une flambée de grippe aviaire en Pennsylvanie étaient porteuses de particules virales. Une autre étude japonaise de 1984 a récupéré des virus entiers sur des mouches à proximité d’un élevage de poulets infecté par le virus aviaire H5N1.

Peu à peu, sans que le public en soit averti, l’élevage animalier se voit contraint à des mesures de sécurité de plus en plus draconiennes, simplement pour continuer à assouvir notre insatiable appétit pour le jambon sous plastique et les nuggets de poulet de batterie. Cette escalade malsaine pourrait conduire les CAFO à adopter un cahier des charges aussi copieux que celui d’une centrale nucléaire sans pour autant qu’une sécurité totale y règne jamais.

Comme le résume Edwin Kilbourne, professeur de microbiologie à l’Ecole de médecine de Mount Sinai de New York : « Eliminez tous les élevages de porcs et de canards, et vous éliminerez les pandémies de grippe ».

Lisez la suite dans « Prévenir et guérir la grippe »

Posté par manee à 00:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2015

Histoire pas propre du tout de monsieur Rockefeller

Santé Nutrition

Que ton aliment soit ton médicament

L’histoire du cartel pharmaceutique :

15 mai 1911

La Cour suprême des États-Unis déclare John Rockefeller et son trust coupable de corruption, de pratiques illégales et de racketérisme. Par conséquent, la totalité du trust Rockefeller Standard Oil, la plus grande entreprise du monde à cette époque, est condamné à la dissolution. Mais Rockefeller était déjà au-dessus de la Cour suprême et ne se souciait guère de cette décision.

1913

Pour dissiper la pression publique et politique qu’il subit avec ses barons, Rockefeller trouve une nouvelle solution appelée « philanthropie » : il utilise les revenus de ses pratiques illégales sur le marché du pétrole pour créer la Fondation Rockefeller. Grâce à cette entité dont le statut équivaut à un paradis fiscal, il organise le contrôle stratégique du secteur de la santé aux États-Unis. La Fondation Rockefeller est la façade d’une nouvelle entreprise globale gérée par Rockefeller et ses complices : les investissements dans le commerce pharmaceutique. Les dons de la Fondation Rockefeller supportent exclusivement des écoles médicales et des hôpitaux. Ces institutions sont devenues les missionnaires d’une nouvelle race d’entreprises: les fabricants de médicaments synthétiques brevetés.

C’est à cette époque que l’on découvre les vitamines. Il devient vite évident que ces molécules naturelles ont des propriétés curatives remarquables et qu’elles peuvent prévenir de nombreuses maladies chroniques. Les recherches menées sur leurs propriétés permettent de publier divers ouvrages, mais elles sont ensuite abandonnées. Ces nouvelles molécules présentent en effet un inconvénient majeur : elles ne peuvent pas être brevetées.

Par conséquent, dès ses premières années d’existence, le commerce pharmaceutique est déjà confronté à un risque mortel: les vitamines et autres micronutriments promus par des programmes de santé publics rendraient impossible le développement de toute activité commerciale basée sur des médicaments brevetés. L’élimination de la concurrence indésirable des micronutriments naturels devient donc une question de vie ou de mort pour le commerce pharmaceutique.

1918

La Fondation Rockefeller profite de l’épidémie de grippe espagnole et utilise les médias pour lancer une chasse aux sorcières contre tous les médicaments qui échappent à ses brevets. Au cours des 15 prochaines années, toutes les écoles médicales des États-Unis, la plupart des hôpitaux et l’American Medical Association deviennent des pions sur l’échiquier stratégique de Rockefeller pour mettre l’ensemble du secteur de la santé sous le monopole de ses entreprises pharmaceutiques.

Déguisée en « Mère Theresa », la Fondation Rockefeller sert également à conquérir des marchés étrangers et des continents, avec les mêmes méthodes que Rockefeller avait lui-même appliquées pour créer son empire pétrochimique au cours des précédentes décennies.

1925

De l’autre côté de l’Atlantique, en Allemagne, un premier cartel chimicopharmaceutique est créé pour s’opposer à la conquête du marché mondial des médicaments par le seul Rockefeller. Dirigé par les multinationales allemandes Bayer, BASF et Hoechst, le cartel I.G. Farben émerge avec une force de travail comptant plus de 80.000 employés. La course pour le contrôle du marché mondial des produits pharmaceutiques est lancée.

29 novembre 1929

Le cartel Rockefeller (U.S.A.) et le cartel I.G. Farben (Allemagne) décident de diviser le monde en sphères d’intérêt. Cette pratique est exactement celle pour laquelle Rockefeller avait été condamné 18 ans plus tôt, lorsque son trust avait divisé les États-Unis en « zones d’intérêt ».

1932 – 1933

Le cartel I.G. Farben, tout aussi insatiable, décide de ne plus s’en tenir aux limites fixées en 1929. Ses dirigeants décident d’apporter leur soutien à un politicien allemand qui leur promet de conquérir le monde par la force des armes. Grâce aux millions de dollars investis en campagnes électorales, ce politicien prend le pouvoir en Allemagne, transforme la démocratie allemande en dictature et tiendra sa promesse de lancer une guerre de conquête. La deuxième guerre mondiale allait bientôt commencer.

Dans chaque pays envahi par l’armée d’Hitler, les premières actions consistent à piller les industries chimiques, pétrochimiques et pharmaceutiques et à les intégrer gratuitement à l’empire I.G. Farben.

1940

Création par Pétain de l’Odre des médecins.

1941

Suppression du diplôme d’herboriste par Pétain. Création du Groupement National Interprofessionnel des Semences par Pétain. Création du Service de Protection des Plantes (Police des plantes) par Pétain.

1942

Création du Comité Technique Permanent de la Sélection par Pétain.

1942 – 1945

Pour renforcer sa domination mondiale des médicaments brevetés, le cartel I.G. Farben teste ses substances pharmaceutiques brevetées sur les prisonniers des camps de concentration à Auschwitz, Dachau, etc. Les paiements de ces études inhumaines sont directement transférés des comptes bancaires de Bayer, Hoechst et BASF sur les comptes bancaires de la SS, organisation militaire responsable des camps de concentration.

1945

Création en France de la Sécurité sociale. Création de l’Ordre des pharmaciens par le gouvernement provisoire. Le plan d’I.G. Farben pour dominer les marchés mondiaux du pétrole et des médicaments a échoué. Les forces alliées ont gagné la guerre. Mais ce conflit a coûté la vie à un nombre colossal de soldats américains et alliés. Pourtant les récompenses des forces alliées sont bien maigres comparées à d’autres. Les actions industrielles des perdants, I.G. Farben inclus, sont absorbées par le trust Rockefeller (U.S.A.) et Rothschild/ J.P. Morgan (R.U.).

1947

Le tribunal de Nuremberg a jugé 24 directeurs de Bayer, BASF, Hoechst et d’autres responsables du cartel I.G. Farben pour crimes contre l’humanité. Les chefs d’accusation incluaient: organisation de guerre d’agression, institution de l’esclavage, massacres collectifs. Au cours de son réquisitoire, le procureur général Telford Taylor (USA) a résumé les faits commis par ces entreprises criminelles : « Sans I.G. Farben, la deuxième guerre mondiale n’aurait pas été possible ». Il est étonnant de constater que les plus faibles sentences du tribunal de Nuremberg ont été prononcées contre les vrais responsables des 60 millions de victimes de la deuxième guerre mondiale – les cadres supérieurs d’I.G. Farben. Même ceux qui étaient directement responsables des crimes commis à I.G. Auschwitz n’ont été condamnés qu’à un maximum de douze années d’emprisonnement. Surpris ? Vous ne devriez pas l’être.

En 1944, Nelson Rockefeller faisait déjà partie de la direction exécutive du gouvernement américain. Débutant comme sous- secrétaire d’État, il est devenu en quelques années conseiller spécial du Président Truman pour les Affaires spéciales. En d’autres termes, à chaque situation critique de l’histoire du vingtième siècle, les intérêts du conglomérat Rockefeller avaient déjà un rôle déterminant dans les décisions prises au plus haut niveau. Ils ont façonné le monde de l’après-guerre et organisé la distribution de ses richesses. Ainsi, si l’on tient compte de l’influence du Département d’État américain, les sentences prononcées à Nuremberg contre les directeurs d’I.G. Farben trouvent une explication évidente. Outre la prise de contrôle des opérations industrielles d’I.G. Farben, et donc de leurs activités sur les marchés mondiaux du pétrole et des médicaments, Nelson Rockefeller s’est assuré que les vrais coupables ne seraient pas pendus. En effet, comme nous le verrons, il allait avoir besoin d’eux.

1949

La République Fédérale d’Allemagne est fondée. Pour la première fois dans l’histoire du monde, la constitution d’une nation industrialisée pouvaient être planifiées et modélisées comme une forteresse spécifiquement adaptée aux intérêts du commerce pharmaceutique, une base transatlantique pour soutenir les projets commerciaux de Rockefeller. Après seulement quelques années, les directeurs d’I.G. Farben jugés à Nuremberg sortent de prison et retrouvent leurs positions précédentes pour gérer les intérêts de Rockefeller. Fritz Ter Meer, par exemple, condamné à douze ans de prison pour ses crimes à Auschwitz, est redevenu en 1963 Président du conseil de Bayer, la plus grande entreprise pharmaceutique multinationale d’Allemagne !

1945 – 1949

Le rôle des frères Rockefeller ne se limite pas au contrôle des monopoles mondiaux du pétrole et des médicaments. Ils doivent aussi créer une plateforme politique pour supporter la croissance de leurs entreprises. Sous leur influence, les Nations Unies sont créées en 1945, à San Francisco. Pour prendre le contrôle politique du monde de l’après-guerre, trois pays – tous leaders de l’exportation de produits pharmaceutiques – prennent toutes les décisions, les 200 autres sont transformées en simples observateurs.

Alors qu’elles ont été créées dans le but de servir le bien-être des peuples du monde, les diverses organisations de l’ONU, comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), deviennent rapidement les agences politiques défendant les intérêts des industriels du pétrole et des produits pharmaceutiques.

1963

Au nom des intérêts des Rockefeller, le gouvernement de la république pharmaceutique bananière d’Allemagne a été le pionnier d’une des initiatives les plus tristement célèbres des Nations Unies. Sous prétexte de protection des consommateurs, il a mené pendant quarante ans une croisade visant à faire disparaître toutes les thérapies à base de vitamines et autres approches naturelles inbrevetables dans tous les pays membres des Nations Unies.

L’objectif consistait simplement à éliminer toute forme de concurrence pour garantir la croissance multimilliardaire des fabricants de médicaments brevetés. Le plan était simple : reproduire à l’échelle mondiale ce qui avait été réalisé en Amérique pendant les années 1920 : un monopole complet des produits de santé contrôlé par les fabricants de produits pharmaceutiques brevetés.

Comme le marché pharmaceutique dépend de l’existence continue des maladies, ces produits de synthèse ne sont pas destinés à prévenir, guérir ou éliminer les maladies. L’objectif de cette stratégie globale est de transformer la santé de milliards de personnes en un monopole commercial grâce à des pilules qui couvrent les symptômes sans toucher aux causes réelles des maladies. Empêcher des milliards de personnes d’accéder à des informations vitales sur les avantages pour la santé des méthodes naturelles et simultanément développer un monopole basé sur des produits synthétiques largement inefficaces et fréquemment toxiques a provoqué des maladies et des décès dans les proportions d’un véritable génocide. Cette épidémie de handicaps et de morts inutiles, propagée par le commerce pharmaceutique avec la maladie, ne peut être comparée à aucun autre événement historique.

Linus Pauling et d’autres scientifiques éminents ont le mérite d’avoir maintenu ouvertes les portes de la connaissance sur les avantages réels des vitamines et d’autres approches médicales naturelles et efficaces. Sans eux, nous vivrions déjà dans une prison de pseudo santé, surveillés par les gardiens du commerce pharmaceutique avec la maladie, vigilants dans la médecine, la politique et les médias.

1990 – 1992

Les déficiences en micronutriments sont la cause principale des maladies. Elles incluent les troubles cardiovasculaires, l’hypertension, les problèmes circulatoires liés au diabète, le cancer et même des déficiences immunitaires, le sida inclus.

2007

Lois anti-tabac dans 193 pays, grâce à l’OMS.

2008

Loi OGM dans toute l’Europe.

2009

Entrée en vigueur du Codex Alimentarius

source: nos libertés .org

Par zabeau

Posté par manee à 15:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2014

produits laitiers

Le lait : de la colle, des hormones et du pus…

On ne peut aborder ce sujet sans parler de Robert Cohen, surnommé aux USA, « l’homme anti-lait ».
Il a écrit l’un des livres les plus fascinants et les plus documentés sur ce sujet : MILK,
The deadly poison (« Le lait, poison mortel »), qui a fait grand bruit aux USA (pas encore traduit en français). Dans sa dédicace, il s’adresse à « toutes les personnes dans le monde qui souffrent de toutes sortes de troubles de santé sans être conscients de l’origine alimentaire de leurs maux. Puissent-elles découvrir que la fontaine de jeunesse, pour elles, leurs enfants et les générations futures, pourrait bien venir du simple fait d’éliminer le lait de leur vie ! »

Une tachycardie en 20 minutes !

Je fais partie de ceux-là….avec une tachycardie à la clef dans les 20 minutes qui suivent. Mais ces 10% d’intolérants aux laits ne sont pas tous comme moi. Bien souvent, ils ont la chance d’avoir un organisme encore vigilant, avec des alarmes qui fonctionnent. Plus on est encrassé et moins ces alarmes réagissent, et le problème de ces personnes est qu’elles n’ont plus aucun moyen pour faire le rapport entre ce qu’elles absorbent et leurs paquets de misères physiques qui, en outre, comme les fuites d’eau s’aggravent sans cesse avec le temps. Il suffit de voyager et d’observer les gens pour constater que dans les pays où les produits laitiers ne sont pas dans la coutume (il y en a de moins en moins), on ne trouve pratiquement pas de cas de problèmes de calcium osseux, pas de cancers du sein ni de la prostate.

Parlons un peu des bébés :

De nombreux bébés sont maintenant violemment allergiques aux laits en poudre pour biberons et les pédiatres font changer de marque….. et c’est pareil ; le nourrisson se prend un bel eczéma que le médecin va s’appliquer à faire rentrer avec ….un corticoïde qui va transformer l’eczéma en asthme (beaucoup plus grave) – et tout cela à partir d’un enfant qui était en parfaite santé et qui avait simplement le tort d’essayer d’éliminer le poison avec lequel on le nourrit.

Mais alors, qu’en est-il des bébés qui réagissent aussi au lait du sein de leur mère ? Peut –être leur faudrait-il changer de mère ( je veux dire de nourrice) ; car rappelez-vous que tout ce que la mère consomme passe dans le sein. Si la mère consomme des épinards son lait est aux épinards, des carottes, du lait à la carotte, et du lait de vache (pourri)….. !

A noter que j’ai vu des bébés allergiques à tout produit laitier quel qu’il soit et qui ont parfaitement poussé sans problèmes avec des purées de légumes.

Les vaches à lait sont des vaches malades !

La multinationale Monsanto a produit une hormone de croissance destinée à augmenter la production de lait. Grâce à ses bénéfices colossaux, elle a pu soudoyer les autorités sanitaires et politiques pour qu’elles laissent mettre sur le marché ce produit sans avoir évalué sa toxicité !

Les éleveurs auxquels on a imposé cette hormone de croissance se sont retrouvés avec des vaches qui produisaient 40 à 50 litres de lait par jour (auparavant, elles en donnaient au plus 14 litres). Il a fallu traficoter génétiquement un nouveau type de vaches, les Holstein, avec les pattes plus longues afin qu’elles ne se marchent pas sur les pis ; les pauvres bêtes ne pourraient pas suivre sur le plan alimentaire, même en broutant 24 h sur 24 si l’on ne les complémentait pas avec des farines. A savoir qu’une vache normale vit 25 à 30 ans, et celles-là sont usées à la corde en…..7 à 8 ans.

Par ailleurs ces vaches sont sujettes à de nombreuses infections, si bien que l’on a dû utiliser des antibiotiques en quantité. Les taux d’antibiotiques dans le lait sont 100 fois plus élevés qu’il y a 25 ans et les autorités sanitaires se sont contentées d’élever les normes limites autorisées. Aux USA, sur les 23 000 tonnes d’antibiotiques fabriqués chaque année, près de la moitié est utilisée pour le bétail. Il est hallucinant de constater qu’aux USA 80% des vaches souffrent de leucémie. Alors, comment le lait de ces vaches peut-il être sans danger pour l’homme ?

Le cancer du lait

Quand les études scientifiques ont montré que cette hormone de croissance stimulait chez l’homme le développement de cancers lymphatiques, l’association des médecins américains, l’O.M.S et les autorités sanitaires ont préféré fermer les yeux car les intérêts économiques passent avant la santé des populations. Depuis 1994, année où l’hormone de croissance obtenue par génie génétique fut autorisée pour stimuler la production des vaches laitières, une véritable épidémie de cancers lymphatiques a frappé les USA. Ce type de cancer, rare jusqu’alors, tue plus que les cancers du sein, de la prostate, du pancréas et des organes génitaux réunis. Les citoyens américains sont devenus, sans le savoir, des cobayes qui absorbent de l’hormone de croissance à travers les produits laitiers qu’ils consomment.

Hormones de croissance, on l’a échappé belle !

Pourtant l’Europe a résisté et, malgré la pression des multinationales américaines (notamment le dossier fourni par Monsanto qui ne comptait pas moins de 23 000 pages) la commission du Marché Commun qui a étudié la question a refusé l’utilisation de l’hormone de croissance car elle estimait que les preuves de son innocuité n’étaient pas suffisantes. Avec la passion d’un détective, Cohen, « l’homme anti-lait », révèle ce qui nous attendait sinon : « Alors qu’aux USA, du temps de nos parents, une femme sur 20 était atteinte de cancer du sein, aujourd’hui une femme sur 3 est touchée ! Quand on pense aux milliers d’enfants souffrant de leucémie et traités par des chimiothérapies hypertoxiques, on a le coeur brisé devant tant de mépris de la santé publique.

Tout bien pesé, la différence n’est pas si notable avec la France, une partie de ce lait aux hormones serait-il arrivé chez nous par l’intermédiaire de produits transformés ?

Nota : En cas de cancer, la première chose à supprimer TOTALEMENT, ce sont les produits laitiers, puisqu’ils sont bourrés d’hormones de croissance. Espérer une guérison sans cette suppression draconienne est une utopie qui semble ignorée de la plupart des médecins.

Anémiques ou diabétiques à cause du lait !

La cause la plus fréquente de l’anémie est un manque de fer. Or la consommation de lait entraîne souvent des saignements de la muqueuse intestinale, par un phénomène de réaction allergique aux protéines du lait, ce qui fait perdre beaucoup d’hémoglobine.
Et par conséquent, on remarque cette anémie par perte de fer chez un tiers des enfants nourris au lait de vache, alors que ceux nourris au lait maternel n’en souffrent pas.

On a pu aussi lire dans le New England Journal of Medicine,dès juillet 1992 : « Des études ont suggéré que les protéines du lait pourraient jouer un rôle dans l’apparition du diabète chez l’homme. Les patients diabétiques insulino-dépendants produisent des anticorps contre les protéines du lait qui participent au dysfonctionnement des îlots de Langerhans, dans le pancréas, centre de fabrication de l’insuline. Il s’agit d’une réaction auto-immune ».

Le véritable problème à la base du développement du diabète est l’énorme quantité de graisses contenue dans l’alimentation occidentale, à cause de la viande, et des produits laitiers
Des expériences faites avec des étudiants en médecine ont montré qu’en une semaine à peine d’alimentation très riche en graisse, 50% des étudiants étaient devenus diabétiques.

Tous collés à la caséine !

Près de 80 % des protéines du lait et du fromage sont constituées de caséine, qui est une puissante colle, celle qui fait notamment tenir les étiquettes sur les bouteilles de bière.

Essayez d’arracher une des ces étiquettes et vous verrez la force de cette colle ! On utilise aussi la caséine pour coller les meubles, et nos grands parents s’en servaient pour coller les papiers peints ! Pensez à ce que cette colle peut provoquer dans votre organisme. Comme la caséine est une protéine étrangère, le corps crée des anticorps pour la neutraliser. Cette réaction antigène/anticorps fait sécréter de l’histamine et engendre une intense production de mucus, voire de pus, et surtout d’inflammations (sinusites otites, bronchites, maladies en ite….). De nombreux chercheurs pensent que la caséine est la principale substance responsable des inflammations articulaires que l’on voit dans les arthrites rhumatoïdes. Cela expliquerait pourquoi la suppression de tout produit laitier permet la plupart du temps le soulagement rapide de ces affections.

Depuis des années, je préconise, pour nettoyer les colloïdes laitiers du système lymphatique, du CALCAIRE DE VERSAILLES 8 DH (en pharmacie) – 1 ampoule au lever.

Et le calcium ?

Une croyance bien enracinée !

Le calcium du lait se métabolise mal chez les adultes, aussi a-t-il tendance à se déposer d’une façon désordonnée un peu n’importe où dans les coins tranquilles, plutôt que là où il faut – c’est ainsi que se développent des exostoses, des becs de perroquet, et même la maladie de Paget où le calcium de la colonne vertébrale migre vers l’aorte par un phénomène électrolytique.

Alors où donc trouver le précieux calcium ?

Mais dans tous les légumes !!!

Il y en a partout !

Il y a près de 25 ans que je suis devenu intolérant aux produits laitiers et je n’ai aucun problème de calcification et aucun problème arthrosique. Je ne connais d’ailleurs pas de végétariens qui aient un problème de calcium.

En résumé : arrêtez de croire aveuglément ce que vous dit la télé et ce que votre médecin (1) vous répète comme un perroquet.

Michel Dogna

Posté par manee à 19:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »